Imprimer
Catégorie : Séminaires, colloques, etc.

Séminaire dirigé par
M. Jean-Pierre Pätznick
Docteur en égyptologie

À L’AUBE DE L’ÉTAT PHARAONIQUE:
L’EMPIRE THINITE

khasekhemwystele

 

Le séminaire traitera d’une période fondamentale pour la compréhension de la civilisation qui fleurit sur les bords du Nil, il y a près de 6000 ans. Elle s'étend sur plus de 600 ans, de 3250 à 2650 av. J.-C. et couvre ainsi ce que l’on considère communément comme la période, l’ère ou peut-être plus approprié encore - l’empire thinite, du nom de la mythique ville de This sommeillant encore sous les strates argileuses des crues du Nil près de l'actuelle ville de Girgeh en haute Égypte.

 

Profondément ancrée dans la mémoire des Anciens Égyptiens comme une époque mythique avec des souverains légendaires tels que Ménès ou Djoser d'un âge d'or perdu dans les sables du temps, ce fut une période historique cruciale, d'une extrême richesse culturelle au cours de laquelle, chacun de ses souverains contribua à sa manière, à forger ce qui deviendra l’état pharaonique.

De la fin de la dynastie 0 (3250 av. J.-C.) à la fin de la IIIe dynastie vers 2650 av. J.-C., ce ne seront pas moins de six siècles d'évolution tant dans les arts que dans l'histoire socio-culturelle, religieuse, politique et administrative de cette brillante époque thinite que le séminaire abordera pour chacune de ces dynasties. Avec l'apparition de l'Écriture, de la mise en place du système hiéroglyphique et de son formidable développement dans la Vallée du Nil, nous prendrons ensemble toute la mesure de l'impact historique, culturel et artistique de l'époque thinite pour l'histoire et la compréhension de la civilisation pharaonique.

Emaillé des dernières découvertes archéologiques, recherches, hypothèses de travail, et divergences collégiales, ce séminaire abordera entre autres l'épineuse question de la localisation de la nécropole royale à Saqqâra ou / et à Abydos tandis que l’initiation dispensée à la lecture des inscriptions sur étiquettes, stèles, sceaux et empreintes de sceaux nous permettra de mieux comprendre et lire ce que bien trop souvent on estampille comme archaïque, donc illisible, alors que l'analyse des structures morphologiques de l'onomastique, du contenu des étiquettes et des sceaux indiquent un état de la langue bien plus avancé que l'on ne saurait l'imaginer.

Chacune de ces toutes premières dynasties sera traitée selon un même schéma directeur. Le cadre chronologique établi, la succession des souverains confirmée ou infirmée par les nouvelles recherches - notamment par la découverte de régentes et des toutes premières reines pharaons de l'Histoire au cours de la Ire dynastie -, leurs liens familiaux précisés, l'attention se portera également sur les événements politiques majeurs et les relations extérieures entretenues notamment avec la péninsule sinaïtique, le Levantin et différents potentats nubiens du Groupe A dans la région de la Ire Cataracte du Nil et en Basse Nubie.

Chacune de ces dynasties sera documentée par des sites archéologiques significatifs (Tell el-Fakhra, Tell el-Faraïn (Bouto), Abou Roasch, Giza, Abousir, Saqqâra, Toura, Hélouan, Nagada, Beit Khallaf, Abydos, Elkab, Kôm el-Ahmar (Hiérakonpolis), Nag el-Hamdoulab et Élephantine) ainsi que par l'étude de leurs monuments funéraires, pratiques cultuelles, statuaire et stèles tout en mettant bien en évidence l'apport déterminant de chacune d'entre elles à la réalisation de la constitution de l'état pharaonique, contribuant en cela à la redoutable efficacité de l'organisation et fonctionnement de ses structures administratives, sans lesquelles les grands projets pharaoniques de construction des pyramides, qui caractérise en soi tant et si bien l'Ancien Empire, n'auraient très certainement jamais pu voir le jour.